Une journée au cœur de l’organisation, épisode 1

Publié le 13/08/2018

Un événement comme la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA demande d’importants moyens humains et une organisation millimétrée. Et encore plus en jour de match ! Mais savez-vous combien de personnes sont mobilisées afin que les rencontres, tout comme l’accueil des spectateurs, se déroulent au mieux le jour J ? Nous vous proposons d’entrer dans les coulisses d’un match day-type. Épisode 1 à Vannes ce mercredi 8 août, où les Pays-Bas affrontaient le Ghana à 16h30 (4-0), avant le très attendu France – Nouvelle-Zélande à 19h30 (0-0).

À 8 heures, les équipes sont déjà en place. Sécurité, stadiers, volontaires, ils sont nombreux à la Rabine à Vannes. Rencontre avec les volontaires pour commencer cette journée. Arrivés à 7h30, les premiers ont débuté leur routine quotidienne : émargement, vérification des tickets de restauration, café et pronostics du jour bien évidemment ! Ensuite, il est temps pour chacun de prendre son poste, la plupart sont au centre d’accréditation et à la gestion des volontaires. Les autres volontaires, comme le service aux spectateurs, arriveront quelques heures plus tard afin de tout mettre en place pour l’arrivée du public. (insérer lien article formation services aux spectateurs)

Nous croisons ensuite les responsables de chaque secteur d’activité du Comité d’Organisation Local (COL). Sortis de leur réunion débutée à 9h, ils viennent de faire l’inventaire des enjeux de la journée et s’empressent d’aller retrouver leurs équipes respectives. Plus tard dans la matinée, certains auront droit à un second meeting, « sécurité » cette fois-ci. Les dernières consignes seront répétées, notamment en ce qui concerne les accréditations et les différents flux à gérer.

À 10h, c’est un autre acteur qui entre en scène, et pas des moindres : celui du terrain de jeu. Inspection générale de la pelouse, des lignes, des buts mais aussi des vestiaires. Malgré une météo plus clémente, il faut de nouveau arroser la pelouse pour permettre aux joueuses d’évoluer dans les meilleures conditions. Pas de doute possible, les jardiniers ont bien travaillé, le gazon est superbe.

Et parce que cette Coupe du Monde se veut un événement éco-responsable, à 13h on retrouve l’équipe Impact et Héritage du LOC. Les impératifs ? Installer au plus vite le dispositif d’accueil pour les personnes à mobilité réduite et le parking vélo du grand public. Puisqu’il s’agit aussi de sensibiliser la population aux questions de développement durable, l’équipe et sa dizaine de volontaires continuent son tour des stands et des bureaux. Leur but ? S’assurer que le message concernant la récupération des bouchons de bouteilles a bien été entendu. Ces derniers seront reversés à l’association Les Bouchons d’Amour à l’issue de la compétition, il est donc important de les garder ! C’est bientôt l’ouverture des portes au public, et tous se dépêchent d’effectuer les derniers ajustements : vérification de la mise en place du stand d’animations et bien évidemment, de l’installation des poubelles de tri.

H-1,5 avant le début du premier match, la speaker effectue ses derniers préparatifs. Même si ce n’est pas le premier événement sportif auquel elle participe, la préparation est indispensable afin d’anticiper les difficultés de dernière minute. Arrivée 4h avant le début de la première rencontre, elle a effectué les répétitions avec les enfants chargés de porter les drapeaux, puis a pris soin de se coordonner avec la télévision pour s’assurer notamment de la bonne prononciation des noms. « Mais il faut aussi faire en sorte que chaque prénom et nom de famille des joueuses ne soit pas trop long. Sinon, il faut s’accorder pour ne citer que le nom. On n’y pense pas, mais il faut être rapide ! » précise-t-elle.

Au même moment, la première des quatre équipes qui va fouler la pelouse de la Rabine aujourd’hui arrive. Escorté par la police jusqu’à l’intérieure de l’enceinte, le car se gare et les 21 joueuses accompagnées de leur staff s’engouffrent dans les vestiaires. La concentration se lit sur leurs visages, on est loin de l’ambiance décontractée et joviale aperçue lors des actions sociales et environnementales en marge des matches.

Le premier match de ce jour, Pays-Bas – Ghana est sur le point de commencer. Les retardataires se dépêchent de prendre leur consommation au stand avant de prendre place dans les tribunes. Une heure auparavant, les bénévoles du Vannes Olympique Club, ravis de pouvoir apporter leur contribution à cette compétition, avaient tout mis en place. « On est les vétérans du club, on n’allait pas manquer cet événement ! »

On retrouve le staff buvette à l’issue du premier match. Très contents et faisant face à une interminable file d’attente vers 19 heures, ils ont presque épuisé leur stock de frites à la fin de la journée. Gros succès également de la spécialité du coin, la fameuse galette-saucisse. « C’est une super ambiance, les gens sont super contents d’être ici ».

Pour ce qui est de l’ambiance, la journée a été plutôt réussie. Plus de 5000 spectateurs se sont déplacés pour le match des Bleuettes. Parmi eux, de nombreux enfants ont demandé à se faire maquiller aux abords du stade par les volontaires présents. Et pendant plus de 90 minutes, les supporters ont donné de la voix pour encourager les Françaises. Ola et Marseillaise ont de nouveau retenti, ne manquait que la victoire pour clore cette belle deuxième journée de phase de groupes.

Réalisé par Julia Chenu

Par Solenne Rescan

Articles les plus lus dans cette catégorie