Tout se jouera à Saint Malo !

Publié le 10/08/2018

Dans un stade de la Rabine pratiquement plein, les Bleuettes, pourtant dominatrices, n’ont pas trouvé la faille face à une équipe néo-zélandaise solide. On retrouvera donc les Françaises dimanche à Saint Malo pour une match décisif pour la qualification contre les Pays-Bas.

Dans l’autre rencontre du groupe, les Pays-Bas se sont imposés facilement 4-0 face au Ghana, éliminé de la compétition. 

5 031 spectateurs à Vannes.
France – Nouvelle-Zélande (0-0) => Les photos
Pays-Bas – Ghana (4-0) => Les photos

Selma BACHA, élue joueuse du match : « On est frustrée après cette rencontre. On savait que c’était une equipe très agressive et généreuse, malheureusement on est rentrée dans leur jeu, on n’a pas su s’imposer. Il reste un dernier match, on va tout donner pour aller chercher la victoire. »

Justine LEROND: « En première mi-temps on a eu du mal à rentrer dans notre match, on s’est fait surprendre par l’agressivité des adversaires. Elles nous ont rentré dedans, on n’a pas su réagir et on s’est un peu reposé sur nos capacités. On n’a pas réussi à réagir et à marquer le but qu’il fallait pour avoir la victoire et pouvoir se qualifier. Après il nous reste encore un match et on va tout donner. Concernant mon entrée en jeu, j’étais surprise, parce que Mylène c’est une gardienne qui est très sûre d’elle. La voir à terre ça m’a vraiment surprise »

Gilles EYQUIEM : « Une grande déception, on a manqué de justesse technique pour pouvoir les déstabiliser, manqué de mouvement et de justesse tactique dans la coordination des déplacements. Je pensais qu’avec l’apport Delabre devant, on allait avoir plus de présence devant le but, sauf que nous avons perdu la largeur. La blessure de notre gardienne, nous a empêché de faire un dernier changement qui aurait pu être intéressant et nous amener de la fraîcheur. On a dominé mais on a trop manqué également de lucidité devant le but. »

C’était un peu brouillon ce match, les joueuses ont du mal à jouer ensemble, comment vous expliquez ça ? « Non c’est surtout qu’on a laissé des espaces ,on savait qu’il fallait qu’on ait plus de mouvements. Mais ça n’a pas fonctionné comme on le souhaitait. On a moins réussi à trouver Hélène, certainement les déplacements qui ne correspondaient pas. Et puis peut-être aussi des relais un peu plus haut qui n’allaient pas non plus. C’était pas ce qu’on aurait souhaité faire. » 

Est-ce que dans la transmission aussi, dans les frappes, il ne fallait pas aller plus vite ? « Il y avait ça aussi, aller plus vite. Il aurait fallu bien maîtriser le ballon pour mieux le donner à sa partenaire, mais surtout avoir l’intention de faire mal à l’adversaire. Il faut qu’elles apprennent que c’est ça les exigences du haut niveau. Pas seulement jouer au foot, mais jouer pour faire mal à l’adversaire. Et je pense que ça elles pensaient que ça allait se faire tout seul. Il faut aussi aller mettre le ballon dans les buts de l’adversaire»

Selma nous disait qu’il fallait peut-être mettre plus d’intensité pour le match contre les Pays-Bas. Est-ce que vous êtes d’accord ? Et quels éléments il faudra mettre en plus pour battre les Pays-Bas ?  « Il faut toujours mettre plus d’agressivité quel que soit le match, que ce soit les Pays-Bas ou pas. Là on va être devant une situation où il faut aller chercher la qualification, alors qu’on aurait pu s’assurer dès ce soir, avec dès le départ au moins mettre tous les ingrédients pour avoir cette victoire. C’est peut-être là aussi l’apprentissage de ce soir et de cette compétition. Il faut être sur tous les matches à 100% et on calcule après. Là il faudra être à 200%. On a vu en face des joueuses généreuses, qui cherchaient un point et difficilement autre chose. Elles se sont bien battues et elles peuvent en être satisfaites. »

Le dernier match, vous n’allez pas pouvoir gérer forcément l’effectif comme vous l’imaginiez, on a vu que physiquement ça allait être difficile malgré tout. Vous n’allez pas pouvoir mettre au repos certaines joueuses ? « Si certainement, il y a des choses qu’il va falloir que l’on fasse, car s’il n’y a pas plus de défense, de don de soi, je pense que je ferai des choix, je n’hésiterai pas à faire des choix, ça c’est clair. »

Photos Maxime Le Pihif
Propos recueillis par J. Chenu et S. Rescan

 

Par Solenne Rescan

Articles les plus lus dans cette catégorie